Recherche

Accueil du site || Vol à Voile (GVVN) || Parc volant || Compte rendu des essais du Samburo

Comment le Samburo satisferait-t-il à nos besoins ?

Depuis quelques week-ends, les spéculations en bout de piste concernant l’acquisition d’un nouveau remorqueur de type TMG allaient bon train. Certains affirmaient même, que l’acquisition d’une telle machine était "certaine". En effet, le Samburo modernisé a 100, ou mieux encore 115 ch, semble se prêter idéalement à cette tâche. Mais qu’en est-il vraiment ?

Pour en avoir le cœur net, le Groupe a fait venir un Samburo d’Allemagne du nord pour faire des essais le samedi 14 Juin. Il s’agissait d’une machine livrée au Groupe de vol à voile LSG Waterkant-Zetel, situé à proximité du constructeur M & D Flugzeugbau,

JPEG - 145.4 ko

Pour commencer, son apparence extérieure reste dans la ligne classique des TMG (Touring Motor Gliders ; c-à-d. motoplaneurs pouvant se déplacer de façon autonome au sol), avec un train classique en lame alu supporté par deux roues avec freins à disques différentiels. L’ensemble me parait solide, bien conçu et surtout nécessaire en vue de l’augmentation de la masse maximum au décollage à 850 kg (!) actuellement demandée au LBA allemand. L’approbation (probable) en ferait le motoplaneur avec la plus grande charge utile, puisqu’il resterait 200 kg utiles avec les réservoirs pleins.

Le moteur est intégré très proprement sous des capots très légers en carbone. Il s’agit pour la version présentée R115 d’un moteur 4 cylindres turbo-compressé Rotax 914-F3, qui développe 115 cv au décollage. Une hélice "constant speed" à pas variable hydraulique complète cet ensemble bien installé, qui semble aussi avoir bénéficié de bonnes idées au niveau du refroidissement - élément critique sur bien des machines équipées de ce moteur turbo. La manipulation de l’hélice est couplée à la commande des gaz, semble donc très facile.

JPEG - 191.1 ko

Les membres présents lors de son arrivée le vendredi soir on pu se convaincre du très haut niveau de finition de la machine, qui avait déjà environ 100h de vol en club. Les ailes sont dotées d’un profil plus moderne que sa source d’inspiration, le Falke SF-25, et contiennent 2 réservoirs d’aile d’une contenance totale de 80 l, en incluant le petit réservoir de fuselage dans lequel ils se déversent automatiquement.

Le fuselage est en construction mixte tube acier / toile polyester / carbone. On remarquera que différentes options se présentent pour les machines prévues en série au niveau des matériaux, en particulier les flancs qui seront revus en carbone.

Son cockpit par contre donne une impression de modernité , avec ses confortables sièges en cuir et son tableau de bord en fibre de carbone.

Le déroulement des essais de remorquage

Pour comparer les performances en remorquage avec notre Robin DR-400R dans des conditions réelles, il a été procédé à 2 types d’essais différents :
- une fois avec 2 monoplaces,
- une fois avec 2 biplaces avec 2 personnes à bord.

JPEG - 167.2 ko

Afin de ne pas influer sur le résultat des essais, les décollages se sont faits le plus près possible l’un de l’autre, avec le même type de planeur, à savoir les Pégase pour les monoplaces et les DG-500 pour les biplaces.

En premier, on a testé les monoplaces avec un remorquage a 1500 m/mer sur la Tourne, et ensuite les biplaces avec 1600 m/mer sur la Vue-des-Alpes.

Le Samburo prend un peu plus de temps qu’un Robin pour faire un cycle. Les essais montrent des différences de l’ordre de 2 à 3 minutes par cycle - tout en remarquant que le pilote du Samburo n’est pas familier des lieux et de la volte d’approche. Ce qui fait du Samburo un concurrent sérieux du Robin, surtout lorsqu’on met ces chiffres en rapport avec la consommation nettement plus faible du Samburo (ordre de grandeur : la moitié d’un Robin) et de l’utilisation d’une essence environ 30% meilleure marché (sans plomb 98 au lieu de AVGAS 100LL).

JPEG - 111.3 ko

Le remorquage vu du planeur

Au niveau du pilotage du planeur, il y a quelques différences entre se faire remorquer par un Samburo ou un Robin :
- La première surprise est au décollage. En remorquant derrière un Robin, on a l’habitude de décoller le planeur, faire un palier en attendant que le Robin décolle, et ensuite faire la montée. Or le Samburo décolle en même temps que le planeur, rendant de fait le palier superflu.
- 2ème surprise : la vitesse de remorquage. En Robin, on s’attend a des 120-130 km/h. Avec le Samburo, les vitesses sont plutôt de l’ordre de 100-115 km/h. La différence n’est pas énorme, mais ça m’a un peu mis mal à l’aise les premiers instants, le temps que je réalise qu’un Samburo, contrairement à un Robin, est parfaitement à l’aise dans ces vitesses.
- 3ème et dernière surprise : en remorquage "de croisière" : tout apparaît plus calme. C’est difficile à décrire, mais au niveau du sentiment de vol, j’avais plus l’impression d’être en train de transiter entre 2 thermiques que de me faire remorquer. Peter a remorqué en DG-500, avec son élève aux commandes durant tout le vol. Là également, un remorquage très stable et facile à une vitesse plus lente de l’ordre de 105 km/h. La bonne réponse aux commandes - absente derrière un Robin aux mêmes vitesse - s’explique par le down-wash beaucoup plus faible du motoplaneur plus léger et avec un plus grand allongement.

JPEG - 48.4 ko

Et la suite ?

Il faut toutefois se méfier de l’euphorie qui suit ces essais concluants. Il ne faut pas perdre de vue que l’achat d’un nouveau remorqueur est un investissement conséquent et qui porte sur les prochains 20 à 30 ans si nous avons la même longévité que nos DR-400. Il existe d’autres alternatives qu’il s’agit de ne pas perdre de vue lors de la phase de décision.

Des analyses vous seront présentées lors de notre Assemblée Générale extraordinaire du jeudi 28 août 2008, lors de laquelle vous pourrez vous prononcer sur la marche à suivre en matière de parc de remorqueurs. Si vous avez des questions pour l’AG, vous pouvez nous les adresser par email à samburo@gvvn.ch.

Comparatif

Vous trouverez les traces GPS de nos vols comparatifs dans le document pdf ci-joint.

PDF - 1 Mo

Florian et Peter pour le texte et les photos, Simon pour le comparatif Robin-Samburo

Galerie image

Pièces jointes